Les indestructibles

Les indestructiblesBob Paar, super héros de son état, a du mettre de côté ses pouvoirs pour endosser le costume d’un assureur. Assumant sa vie de famille, mais frustré de ne pouvoir sauver des vies, il accourt quand on lui propose une nouvelle mission ultra secrète. Mais il se peut que cette mission ne soit en fait qu’un traquenard.

Dernier film de Pixar sous l’égide de Disney, les studio ont, encore une fois mis la gomme pour nous offrir un spectacle digne de leurs précédentes productions. Après le succès planétaire de ‘Nemo’, il était nécessaire de trouver un sujet suffisamment fédérateur pour renouveler l’engouement. C’est tout naturellement vers les super héros, plutôt en vogue du côté d’hollywood ces dernières années, que le studio de John Lasseter s’est orienté.
C’est Brad Bird, dont le début de carrière remonte aux débuts des années 1980 sur Rox et Rouky, qui réalise ici son deuxième long métrage après ‘Iron Giant’.

Un challenge important pour cet ancien animateur puisqu’il doit pour la première fois chez Pixar (en ce qui concerne les longs métrages), développer une histoire autour d’humains. Fini les fourmis et les poissons rigolos, c’est ici Mr. Incredible qui tient le haut du pavé.
Forcément la thématique aura tendance a peut-être moins toucher les plus jeunes, mais avec une mise en avant très homogène des différents personnages, tout le monde y trouvera son bonheur.

Un bonheur d’autant plus partagé que le film, comme souvent chez Pixar, peut se voir à différents degrés, permettant d’apprécier les tourments du père de famille face à sa condition ou de se laisser porter par l’action extrêmement accrocheuse. Même les fans de comics y trouveront leur compte avec de nombreux clins d’oeils et emprunts.

Techniquement c’est évidemment brillantissime. Le chara-design un peu particulier pourra peut-être en décontenancer certains, mais on s’habitue très vite au look très 60’s du film. Evoluant dans un monde plein de détails, les personnages se permettent toutes les excentricités si bien que les à prioris d’un film d’animation avec des personnages principaux humains s’estompent passées les premières secondes.

Se permettant beaucoup de second degré, ‘Les indestructibles’ constituent donc bien le hit attendu. Il manque peut-être à cet univers une magie et une naïveté qui auraient porté encore d’avantage l’aventure, mais il serait vraiment de mauvais goût de dénigrer cette animation de tout premier calibre. Pixar mérite donc bien sa réputation et il ne serait pas impossible de retrouver ces ‘Incredibles’ dans d’autres aventures.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s