Irreversible

IrreversibleParceque le temps détruit tout…
Marcus et Alex sont invités à une soirée avec Pierre, l’ex d’Alex et le pote de Marcus. En rentrant, Alex se fait violer dans un passage. Pour venger sa femme, Marcus va se mettre à la recherche de celui qui a commis ce crime.

LE film qui a fait scandale à Cannes cette année, c’est celui-là. Gaspar Noé, que l’on avait découvert avec ‘Seul contre tous’ nous gratifie d’un second long métrage de la même veine. Le film s’ouvre d’ailleurs sur ce même boucher qui va nous énoncer le thème du film : « Le temps détruit tout ». C’est avec ce processus irreversible qu’a voulu jouer Noé, en montant son film à l’envers. Pompant ouvertement l’idée de Christopher Nolan pour son Memento, on commence donc par la fin, le pire, pour arriver au début, plus apaisant.

A coup sûr, la réputation sulfureuse qui précède le film n’est pas volée. Deux scènes particulièrement sont très difficiles et, plus globalement, les 35 premières minutes. Mais cette violence prise de plein fouet par le spectateur a un sens. Point de violence gratuite ici, car chaque scène a sa place et voit sa légitimité tôt ou tard dans le film.
Grâce à de longs plans séquences, Noé entraîne en effet le spectateur dans une succession de scènes qui amènent les explications après les faits. Une démarche intéressante qui a le mérite de faire porter la reflexion sur les tenants plutôt que sur les aboutissants. Ce sont d’ailleurs finalement ces scènes là qui sont les plus marquantes. Des scènes où Noé a su capter une sincérité et un naturel impressionnant. Et pour donner un sens à ces scènes, il fallait débuter par les fameux plans ‘durs’.
Irreversible doit donc se voir comme un tout et non comme « le film qui montre un viol », car il va bien au delà. La problématique du film est intéressante et vaut la peine d’être posée, sans pour autant crier au fachisme tel qu’on a pu l’entendre ça et là.

Les nombreux talents que l’on soupçonnait chez le réalisateur et les acteurs sont ici montrés, à vif. Le film n’est pas une partie de plaisir, c’est évident, mais il emmène une réaction quasi-physique qui nous fait resentir le film comme rarement. Si l’on a le coeur bien accroché, il s’agit d’une expérience qui mérite largement d’être vécu. A voir sans hésiter pour ceux qui s’en sentent le courage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s